questions aux candidats à la présidentielle de 2012… et réponses

Lutter contre les discriminations, inscrire le droit à l’accès égalitaire face à un service public, garantir la gratuité du temps scolaire, il est pour nous des évidences que tout républicain convaincu partage. Si l’échéance présidentielle approche, il est important que chacun détermine son choix en toute connaissance de cause. Ainsi, par deux questions posées aux candidats à cette élection, questions qui concernent des enfants coursannais mais aussi d’ailleurs, nous attendons des prises de position qui vous aideront à choisir… si nous obtenons réponses. Quoi qu’il en soit, toute réponse reçue sera publiée ici et communiquée à la presse. 

 

 questions aux candidats à la présidentielle de 2012... et réponses dans Evenements 12.03.12-Aux-candidats-1-194x300  12.03.12-Aux-candidats-2-209x300 dans Evenements

Réaction 1 (22 mars) : Monsieur Jean-Luc Mélenchon, Front de Gauche, accusé de réception sur la boite mail de l’assoc et promesse de réponse sur le fond :

Bonjour,
Je vous informe que nous avons bien reçu votre courrier en date du 22 mars 2012 à l’attention de Jean-Luc Mélenchon.
Une réponse vous sera apportée dans les plus brefs délais.
Cordialement,
Le responsable du courrier

Réaction 2 (26 mars) : Madame Nathalie Arthaud, Lutte Ouvrière, par courrier, réponse sur le fond :

Réponse-de-Nathalie-Arthaud-192x300
Réaction 3 (29 mars) : Monsieur Philippe Poutou, Nouveau Parti Anticapitaliste, par courrier, réponse sur le fond :

Réponse-de-Philippe-Poutou-209x300

Réaction 4 (18 avril) : Monsieur Nicolas Dupont-Aignan, Debout la République, par mail, réponse sur le fond :

Monsieur le président,

Je vous remercie de votre courrier et les deux questions que vous soulevez sont importantes. En effet, l’accès à la cantine scolaire et l’accès tout court à l’Ecole pour les enfants en difficulté sont des sujets qui n’ont pas du tout été abordés durant cette campagne présidentielle qui évite les véritables enjeux pour se focaliser sur l’accessoire.
Pour ma part, l’Ecole républicaine est au coeur de mon projet. Avec le protectionnisme intelligent et une restauration de l’Etat régalien, cela fera partie des actions prioritaires de mon mandat si je suis amené à avoir la confiance des français. Je pense que l’Ecole doit être refondée en s’assurant que chaque enfant apprenne les savoirs fondamentaux au primaire, en développant les orientations personnelles à partir de la 4ème afin de mettre un terme à l’échec du collège unique et en maintenant un niveau d’exigence élevé au Bac afin de stopper la spirale de l’échec en 1ère année d’université. Je pense aussi qu’il faut revaloriser le statut des enseignants en commençant par recruter 30 000 postes là où le besoin se faut ressentir, c’est-à-dire en primaire, et en redonner l’autorité du professeur sur sa classe aussi bien sur les décisions pédagogiques que disciplinaires.
L’éducation est, à mon sens, le défi majeur que doit relever la France durant le prochain quinquennat. Les dernières statistiques sont effarantes : des difficultés sérieuses en lecture pour 20% des élèves, un taux de bacheliers qui stagne depuis dix ans… Depuis 25 ans, les gouvernements successifs ne témoignent d’aucune ambition pour l’école. Les coupes arbitraires d’effectifs et la dévalorisation de la condition enseignante n’ont rien arrangé.

Mon engagement n’est pas gratuit, mais les prévisions économiques effectuées par nos soins et les planifications budgétaires me permettent de garantir :

- une augmentation de 2012 à 2017 de 6.7 milliards pour l’enseignement supérieur et la recherche pour rattraper notre retard en renforçant les rôles spécifiques et le partenariat entre écoles, universités et IUT.

- une augmentation de 2012 à 2017 de 5.9 milliards pour l’enseignement : soit 30 000 postes de plus et une revalorisation du traitement des enseignants
Mais pour répondre plus précisément à vos deux demandes, vous pouvez compter sur mon total soutien. Je pense qu’il faut appliquer la loi dans le cas de l’accès à la cantine scolaire et mettre fin à ces discriminations liées à la situation des parents. Je pense également que nous devons maintenir la prise en charge des enfants en difficulté concernant le transport scolaire.

Pour en savoir plus sur mon programme, je vous invite, si ce n’est déjà fait, à compléter votre connaissance de nos actions et prises de position en vous rendant sur mon site de campagne (www.nda2012.fr), et particulièrement sur la page de présentation des 37 mesures-phare qui constituent le cœur de mon projet pour la France (http://www.debout-la-republique.fr/projet-presidentiel-de-nicolas-dupont-aignan-31-propositions), ou sur mon blog (http://blog.nicolasdupontaignan.fr/) et qui seront complétées ces prochaines semaines par d’autres annonces, ou encore sur Facebook et Twitter, où je suis très présent aussi.

En vous remerciant à nouveau pour le courrier dont vous m’avez fait part,

Cordialement.

Nicolas DUPONT-AIGNAN Candidat à la présidence de la République – Député de l’Essonne – Maire d’Yerres

 



remerciements éternels, ou le récit d’un passionnant périple au-delà de la Platitude, à travers le département de l’Aude et même au delà

remerciements éternels, ou le récit d’un passionnant périple au-delà de la Platitude, à travers le département de l'Aude et même au delà dans Boomerang Smiley-merci

Je tiens tout particulièrement à remercier Monsieur le maire de Coursan, Gilbert Pla, de m’avoir permis, par son comportement fort méprisant et donc méprisable de la part d’un élu, par ses silences insultants aux demandes d’entrevues formulées par une association formée de quelques uns de ses administrés, par ses croyances dans un complot délirant fomenté par tous ceux qui refusent d’être à sa botte, d’avoir eu l’occasion de croiser un grand nombre de responsables de tous bords et toutes compétences à travers tout notre département et même au delà.

Grâce à notre premier coursannais et son rejet acharné de toute idée nouvelle qui ne viendrait pas de son « formidable esprit créatif », son rejet également de toute modernisation des relations au sein de notre collectivité, son refus de reconnaître la moindre erreur démontrée sur les points en contradiction avec la Loi et la Justice françaises, j’ai été amenée à défendre mon refus, notre refus associatif, d’accepter la discrimination sociale dont est victime l’enfant de chômeur interdit de cantine mais aussi mon désir, notre désir associatif, de pouvoir enfin enseigner ici, décemment, dans des locaux décents et respectueux de la tâche accomplie et des élèves adultes volontaires, grâce à la signature d’une convention que n’importe quel autre Maire de France aurait accueillie en cadeau et utilisée comme service gratuit rendu par une municipalité à ses concitoyens demandeurs.

Dans mon périple inter- et péri- départemental, j’ai donc pu ainsi raconter à tous ces audois vraiment importants et autres languedociens sidérés, les déboires de notre association et l’acharnement négatif que les travaux et les propositions de ses membres provoquent inexplicablement chez notre maire. J’ai pu vider ce sac tout en simili coco.

Aaah, ces prises de positions ridicules d’un autre âge, si peu crédibles, ces communiqués de presse version méthode Coué sensés conjurer l’imaginaire mauvais œil jeté par tous ces nouveaux coursannais « de seconde zone » car habitant ici depuis moins de cinq générations (mais qui, je vous en informe visiblement, représentent plus de la moitié de la population maintenant …), ces rédactions digne du cm2 limitées artistiquement à une dizaine d’expressions éternellement répétées… comment ne pas en sourire ou même en rire…

Du vent que ces vieux refrains ridicules qui devraient d’après vous terrifier et bâillonner toute personne qui aurait une pensée différente d’une philosophie moribonde imposée dans notre village devenu à force, par usure ou par dépit, aveugle, sourd, boiteux et, comme disait l’autre, « triste à mourir ».

Peut-on être accusée de crime de lèse-majesté quand il ne reste que « lèse » mais plus aucune majesté dans cette ambiance de fin de règne ?

Pour avoir sollicité et très souvent obtenu soutien et compréhension pour mon association de la part de plusieurs responsables de la Préfecture, du Conseil régional, de l’Inspection Académique, de la Justice, du Département, de Maires, élus municipaux et Députés, de Présidents d’autres associations ou de chargés de missions, de journalistes locaux, régionaux, merci, monsieur le Maire, vous ne pouviez être pire avocat pour vos idées et plus brillant pour les nôtres ! Sous peu, mon périple passionnant m’amènera à rencontrer des journalistes nationaux, et tous les candidats à l’élection présidentielle 2012 seront informés, entre autre, de la situation des enfants coursannais exclus. Quelle publicité percutante vous faites à Coursan ! Il n’en reste pas moins à faire le constat que c’est uniquement le Maire d’une commune qui peut signer LA convention qui permettra la réouverture de cette initiative novatrice,  l’école coursannaise d’alphabétisation. Mais il ne vous  semble pas contradictoire, de se réclamer du camp du progrès pour bloquer une « grande cause nationale » à ce tout petit niveau de pouvoir, c’est ainsi que l’on fabrique les victimes et donc les résistants… Quelle belle démonstration vous faites à tous de la crainte panique que semble vous inspirer une simple démarche sociale innovante, solidaire, apolitique, gratuite et surtout véritablement démocratique, elle !

J’en ai pris bonne note, mais je le réaffirme, pas grave monsieur Pla, si nos élèves, notre association, les enfants de chômeurs, la sécurité physique des scolaires sont les martyrs expiatoires de votre incapacité ou/et de votre refus à les intégrer ou à les comprendre, il y a quelque chose de très plaisant et jouissif à être la victime d’une injustice flagrante auprès d’autant de personnes anonymes ou importantes, de faire leur connaissance et de trouver des écoutes et des attentions plus qu’intéressées par ma petite histoire, et ce plaisir que vous m’avez offert je ne compte pas m’en priver à l’avenir. Que de sourires chargés de sous entendus de la part de ces personnes rencontrées qui n’ont jamais fait ne serait-ce qu’une toute petite tentative pour défendre dans ces dossiers et sur les élus de notre municipalité, vos « points de vue » (et là, j’use d’un euphémisme pour éviter de polluer mon texte avec les remarques et constatations entendues vous ne pouvez même pas en imaginer la fréquence). Au moins, dans certains milieux, monsieur le Maire, par ma description effarante de votre attitude ajoutée au visage de nos élus que vous leur offrez dans la presse, comme le naïf monsieur Jourdain, parfois, vous faites rire !

Elisabeth Gillmann

« Il est plus déshonorant de commettre une injustice que d’en être la victime » – Platon



ecoliersenhaiti |
ONG IDEAL-SERVICES-PLUS enr... |
La maternelle Jules Ferry d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DIANE REDESSANNAISE
| apestouendaunis
| lepapierdanstoussesetats