solo raté, manque de sérieux dans la préparation, on vous écrira, au suivant

Conseil d’école à Jeanne Miquel, le 26 mars à 18h.

Nos deux élues (sur 7000 habitants), une heure et demi plus tard en rient encore. Certes, elles sont fatiguées, mais c’est normal, défendre des idées, ce n’est pas de tout repos, surtout dans la très docile et muette Coursan qui n’a jamais paraît-il connu une telle contestation de certains choix discutables de ses dirigeants (c’est nous faire beaucoup d’honneur, nous qui pensons juste honnêtement, mais toujours en conformité avec la Loi républicaine). Nous vous devons quelques détails puisque dans l’orchestration prédéfinie ailleurs, les violons solistes ont chacun joué une autre partition. Dommage car préjudiciable à l’ensemble de l’oeuvre qui se joue pour l’avenir de Coursan, c’est à dire nos enfants, que nous avons la lourde charge d’éduquer, de protéger et d’aider de notre mieux.

D’abord, premier violon Barbamaman (le nom de madame la tête de liste des parents visiblement membres de la chorale du « groupe majoritaire » est volontairement masqué derrière un pseudo pris au hasard), interprétation en crescendo sur l’inadmissible expression publique des anti « la-messe-est-dite-mais-ailleurs » qui osent s’adresser par le biais d’une lettre d’info, la nôtre, aux parents d’élèves. L’interprète nous joue un morceau parfait dans la sémantique en usage dans l’armée rouge, épaulée même un court temps par un second violon de la même eau. Morceau certainement répété en boucle dans l’entourage de cette personne des jours durant depuis la diffusion de notre lettre pour frôler cette perfection dans l’interprétation. Chapeau bas, m’dame, même monsieur l’Adjoint au Maire en était resté ROUGE d’extase muette, et pourtant, les oeuvres de cette importance, il connait pour en ouïr de semblables, dans des cercles plus politiques. Au sommet de la montée chromatique, en très mauvaise mélomane, ou bien excédée par les dix minutes que cette soliste volait sur le temps de travail du Conseil en ignorant les textes ou en réécrivant la Loi, comme à son habitude d’ailleurs, la tête de liste de l’aderep lui lança en substance un pathétique « on s’en fout ». Devant l’obstination de la musicienne à vouloir continuer à ne pas comprendre, un spectateur arrêta mezzo forte la prestation. solo raté, manque de sérieux dans la préparation, on vous écrira, au suivant dans Actualité coup-de-massue-300x182Il ne s’agissait pas d’un vulgaire spectateur, mais d’un spectateur qui connaissait, lui, les textes réglementaires et qui avait approfondi l’oeuvre avant la séance, le président du Conseil, le directeur de l’école, nous nommons ici, monsieur Payneau qui rappela la Loi, le Droit mais aussi la position de monsieur l’Inspecteur départemental de l’éducation qui, n’avaient rien à redire sur la forme à la prise de position d’une association face à une fermeture de classe à l’école maternelle. Il rappela entre autres que l’aderep ne marquait à aucun moment dans le contenu de son tract son soutien à une liste politique et donc ne contrevenait pas aux textes en vigueur.

Passage d’audition ratée donc pour se faire une place dans l’orchestre municipal, Madame Barbamaman, surtout que par la suite, vous avez confirmé avoir encore trop d’indépendance d’esprit pour être inféodée à une fédération ou embrigadée dans un parti.



8 commentaires

  1. Nathalie 27 mars

    Il est vrai que cette tête de liste a toujours tout fait dans la légalité, je pense au « carnaval de l’école J. Miquel » alors que c’était le Carnaval de l’association de parents d’élèves J. Miquel qui se passait dans la cour de l’école Jeanne Miquel, rien a voir avec l’école, et ça je peux l’affirmer en tant ancienne tête de liste de l’ADEREP !

    Répondre

  2. Nathalie 27 mars

    Quelles ont été les questions posées par la liste adverse durant ce Conseil, juste pour info ?

    Répondre

    • aderep 4 avril

      Après enquête, il semble extrèmement difficile de répondre à cela. Des questions, parfois et souvent pertinentes, ont été posées par des individus de la liste adverse, mais il a été impossible de comprendre quand ces individus parlaient pour leur cas personnel, leur idée improvisée ou pour l’ensemble de la liste adverse. Donc, nous attendons le compte-rendu officiel pour voir si nos élues ont compris la même chose que les enseignants sur les différents sujets traités à l’ordre du jour.

      Répondre

  3. FLEUR 27 mars

    Je pense que cette tête de liste a la mémoire courte : à voir pour les non adérépiens et les nouveaux adhérents de cette liste casanova-miquel, l’article « une seule solution la dissolution » sur ce blog, vous en saurez un peu plus sur l’association dont vous faites actuellement partis! elle confond légalité et illégalité depuis sa fausse élection en décembre 2010 (bureau non enregistré lors de sa première assemblée) mais à œuvré jusqu’en juin (deuxième assemblée enregistrée) sous le titre de présidente !

    Répondre

    • aderep 4 avril

      Attaquer l’aderep agissant dans la légalité, c’est FBI, une fausse bonne idée, mais, madame Fleur, ailleurs on appelle cela une faute politique.

      Répondre

  4. GROS Luc 28 mars

    Je suis votre blog depuis bientôt 2 ans, je fais parti d’une liste de représentant de parents d’élèves (FCPE), et suis outré de voir vos adversaires FCPE prendre position pour la Mairie sur divers compte-rendu de conseil d’école (sur les tarifs cantine, et maintenant sur votre lettre d’info…) êtes vous sûr que cette liste soit FCPE ? Je pensais que l’on ne parlait pas de politique dans un Conseil d’école, ne pensez-vous pas que cette personne vise plutôt un poste aux nouvelles élection de la Mairie?

    Répondre

    • aderep 29 mars

      Merci monsieur Gros pour votre fidélité et pour votre témoignage de parent élu d’une fédération en tous points respectable puisqu’elle défend les mêmes idées que les nôtres, avec à notre connaissance cependant un champ d’action plus restreint que celui que nos statuts permettent. Le principe de la FCPE est pyramidal et la base, le Conseil local ou la simple liste sympathisante estampillée FCPE, se réclament de cette Fédération ou y adhèrent en épousant les idées qui sont débattues dans les congrès départementaux puis nationaux. Notons au passage, pour rajouter à l’humour de la situation miquelo-coursanesque que le siège parisien de la FCPE se situe avenue Ledru-Rollin (lire l’article au dessus) ! Les lignes d’attaque, l’orientation, la direction et les changements de statuts dépendent directement et donc démocratiquement des résultats des travaux des congrès pour lesquels chaque adhérent a le droit de vote. Après les congrès, la FCPE nationale exprime, que ce soit sur les rythmes scolaires, la cantine, la sécurité aux abords des établissements, l’autonomie de l’enfant dans son cursus scolaire par exemple, des consignes claires qui sont relayées par les CDPE (conseils départementaux élus sur le même principe de représentation démocratique que le siège parisien). Les CDPE rajoutent des thèmes choisis par eux qui se doivent d’être relayés, pour appliquer la démocratie dans l’esprit de Me Cornec, le fondateur de cette Fédération, par les CL dans les écoles. Pffff, c’est dur d’expliquer, c’est pourtant, en réfléchissant au système, un moyen cohérent permettant et, l’expression et, les rajouts de la base tout en respectant les objectifs stratégiques de l’ensemble de cette fédération, on parle alors de politique de l’enfance portée par la FCPE. Donc, le truc chose Jeanne Miquel, qui n’est ni un CL (conseil local), ni une association FCPE reconnue par le CDPE puisque anti-statutaire peut se permettre de ne pas respecter les décisions de congrès et permettre à chaque parent élu sur cette liste machin truc chose de dire tout et n’importe quoi. Nous vous offrons un petit florilège du brouhaha du truc machin chose FCPE : on demande un lieu pour faire des devoirs qui sont légalement interdits (lutte contre les devoirs scolaires à la maison, orientation nationale de la FCPE), on refuse de se joindre à la pétition de l’aderep pour la baisse des prix de la cantine en affirmant que le prix actuel est correct parce que justifié, on affirme que les mamans de chômeurs ont le temps de faire à manger à la maison donc que le refus d’accès de tous n’est pas grave (droit à la restauration scolaire, cause nationale FCPE, lutte pour l’égalité de traitement des enfants scolarisés, principe de la FCPE), on se permet de faire des ventes au bénéfice de l’association truc chose FCPE dans un établissement public (laïcité, principe fondateur de la FCPE), on veut interdire l’expression et l’analyse de l’aderep sur une fermeture de classe parce que ça ne plait pas officiellement à la municipalité (pour d’autres élus de cette liste machin truc chose, notre analyse est cependant juste et opportune)… Bref, ces parents ne représentent en rien la FCPE décrite dans les brochures, par leur expression d’idées contradictoires, ils développent une stratégie incompréhensible et expriment une incohérence idéologique. Ils sont des parents indépendants, et il n’y a pas de honte à cela, sauf qu’ils trompent leurs électeurs. On vous a vendu du boeuf alors que c’était du cheval. Ce serait amusant si cela ne desservait la cause qu’ils entendent défendre, en mettant en cause la pédagogie de certains enseignants, en intervenant pour leur propres enfants, en critiquant systématiquement toutes les idées qui ne sont pas issues de leur groupe, même si ce sont des idées reprises par la FCPE. Ils sont contre-productifs également parce que sur de nombreux combats, il serait logique de les trouver à nos côtés. La tactique adoptée à Coursan Miquel et Coursan Casanova (c’est les mêmes) par la FCPE, ou le CDPE de l’Aude, ou l’association truc machin chose est illisible ici, mais il s’agit de la responsabilité de cette Fédération, cela ne nous regarde pas, nous, nous préparons le travail de nos élus avant chaque conseil d’école, nous avons une ligne idéologique claire définie par nos statuts, la stratégie définie à chaque Assemblée Générale et nous refusons que des membres de notre association se servent de l’aderep comme marche-pied en vue d’une carrière politique locale ou plus, d’ailleurs. Ce fut long, mais nous avons décidé à l’origine de l’association d’agir dans la clareté, la clareté passant par une information complète et détaillée des agissements et de l’expression de ses représentants. Par dela cet exposé, monsieur Gros, l’aderep n’étant pas en contradiction de pensée avec la FCPE, la vraie, l’historique, rien ne vous empêche de nous rejoindre, la cotisation est bien moins chère chez nous et, sur les dix élus de Miquel (si vous êtes de Coursan), vous rejoindrez les deux véritablement en cohérence idéologique avec le mandat que leur ont donné leurs électeurs et positivement agissantes dans l’intérêt de tous les enfants (on vous garantit également que pour l’heure, l’aderep n’a pas de ramification dissidente).

      Répondre

  5. GROS Luc 3 avril

    Que font elles dans les écoles alors que si j’ai bien suivi votre blog, cela fait plusieurs fois que celle-ci défend la Mairie au lieu de défendre l’intérêt des enfants, comment ces personnes peuvent elles donc représenter la FCPE?

    Répondre

Laisser un commentaire

ecoliersenhaiti |
ONG IDEAL-SERVICES-PLUS enr... |
La maternelle Jules Ferry d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DIANE REDESSANNAISE
| apestouendaunis
| lepapierdanstoussesetats