on s’la pête

Si vous ne l’aviez noté, ça fait un bail que ce blog ne faisait plus qu’accueillir de nouveaux lecteurs sans leur donner à manger. Nous laissons à nos nouveaux élus le temps de prendre conscience de leur nouvelle charge et de corriger ce qui leur semble être des erreurs passées. D’aucuns appellent cela « l’état de grâce ».

Heureusement, sans que l’aderep n’y soit mentionné, d’autres écrivent pour elle, un journaliste du Midi Libre par exemple, ce jour. C’est le terme d’un combat mené par les parents d’élèves depuis bien avant la création de notre association, mais c’est nous, nous seuls encore une fois, par l’intermédiaire de notre Président qui avons osé aller jusqu’au bout de la démarche de contestation de l’illégalité dont était entachée souvent (subventions sans contrôle aux associations illégales par exemple) l’action et les votes de l’ancienne municipalité. Tout cela ne peut qu’aider à compléter l’audit non professionnel actuel.

Que dit le Juge administratif du réglement ? Il dit que c’est bien comme nous le dénoncions un vote municipal illégal, mais aussi par conséquence induite que le restaurant scolaire qui avait été construit et inauguré lors de la dernière mandature était d’office trop petit… On va donc en conclure que nous avions des élus municipaux qui avaient voté une dépense d’investissement sans vision à court terme (les contribuables vous remercient), que ces mêmes élus avaient approuvé de surcroit un réglement intérieur pratiquant dans le pays des droits de l’homme et du citoyen la « rupture du principe d’égal accès des usagers au service (public) » au dires du Juge administratif.

Et là, on rappelle que la fonction d’un élu, ce n’est pas de voter comme la majorité d’un groupe a décidé qu’il fallait voter, mais de se prononcer (éventuellement après débat du groupe auquel on appartient), en son âme et conscience, en refusant de ne pas appliquer la Loi, même si, en l’occurence, elle avait besoin d’interprétion (qui avait cependant été rappelée à maintes occasions par le bon sens, par 487 coursannais signataires d’une motion, par l’aderep et les véritables associations de parents d’élèves ayant pignon sur rue ailleurs, par les Tribunaux Administratifs à travers toute la France, par divers ministres de l’Education puis par le Conseil d’Etat, ça peut aider à réfléchir avant de se prononcer). Donc, et puisqu’il existe encore parmi nos élus des membres de l’ancienne équipe municipale, de ceux là même qui, sans soulever aucune protestation des minorités, nous traitaient de menteurs quand nous dénoncions l’illégalité, il serait souhaitable pour éviter à la communauté les frais induits par une condamnation judiciaire, de prendre le temps de la réflexion sur la légalité de vos futurs votes avant de vous prononcer, en consultant les personnes compétentes, et surtout en refusant de voter ce qui vous semble aller à l’encontre de l’intérêt général.

Et lorsque sera présentée la facture à la Ville de Coursan, n’accusez pas l’aderep qui a fait (sans le soutien des autres associations de parents d’élève) son travail dans la défense de l’intérêt des enfants et des familles, retournez-vous vers ceux qui ont voté, bien mal conseillés, ce réglement inique pour leur demander de solder leur compte !

Midi Libre 16 mai 2014



ecoliersenhaiti |
ONG IDEAL-SERVICES-PLUS enr... |
La maternelle Jules Ferry d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DIANE REDESSANNAISE
| apestouendaunis
| lepapierdanstoussesetats