à vous la parole ! (février 2011 : et si l’on parlait sérieusement de périscolaire à Coursan)

Nous avons décidé de créer ici un forum de discussion dont le sujet sera changé périodiquement, suivant l’actualité, permettant l’échange de réflexions sur l’école publique et plus généralement sur l’éducation. N’osant prétendre à la vérité, nous donnerons un texte de départ et attendons vos prises de position par l’intermédiaire de vos commentaires (bien entendu, afin de ne pas polluer les débats, nous « caviarderons » de cette page les textes malveillants ou sans rapport avec le sujet.

N’hésitez donc pas à marquer vos désaccords, mais dites-vous toujours : « En écrivant cela, je pense sincèrement contribuer à améliorer l’école publique », pas à faire plaisir ou déplaisir à quelqu’un.

Débat sur l’accessibilité de tous les enfants coursannais aux activités périscolaires (cantine + ALAE) :

Là, pour ce mois-ci, pas de texte de lancement du débat, juste un nouveau chapitre dans les catégories d’articles « cantines et ALAE » où, au fil de ce mois, vous puiserez, petit à petit, quelques informations sidérantes sur le traitement local de nos chères têtes plus ou moins blondes, et surtout sur l’offre qui est faite d’activités périscolaires dans notre ville.

Mais bon, ok, cantine, on connait, mais vous parlez d’ALAE, mais quoi que c’est ? Nous, généreux, allons vous relayer les informations que nous possédons.

Primo : On ne dit plus cantine, c’est du passé quand madame Adélaïde ou madame Cunégonde du Collège des Mailheuls popotaient des ragoûts pour les petits coursannais ! Maintenant, excusez du peu, on dit « restaurant scolaire » c’est aux mains d’une entreprise mieux disante dans un appel d’offre (là, bizarrement, nul ne dit « meilleure disante »). C’est plus hygiénique, plus équilibré, plus normalisé au niveau gustatif, plus contrôlé, le top du top, le summum du must, mais quelque part on y a laissé une partie de notre âme.

Secundo : par activités périscolaires l’on entend bien « qui complète l’enseignement scolaire », qui apporte un complément à l’enseignement scolaire sans faire partie du programme d’enseignement (les activités post scolaires quant à elles sont des activités ou des formations que fait l’enfant sans lien avec l’école, par exemple, il joue dans un club de rugby en temps post scolaire).

Donc, ALAE ou Accueil de Loisir Associé à l’Ecole (anciennement CLAE, Centre de Loisir Associé à l’Ecole)…

L’accueil de loisirs associé à l’école a été créé pour transformer les garderies pré ou post scolaires, grâce à la vie en collectivités en  lieux d’épanouissement, de socialisation, d’apprentissage de la citoyenneté.

Que ce soit le matin avant le début de l’école, le midi pendant le temps du repas et avant la reprise de la classe, la fin d’après-midi après l’école, le mercredi, la fin de semaine et les périodes de vacances scolaires, ces temps et ces lieux sont dénommés « accueils de loisirs ». Grâce à des éducateurs formés et diplômés, l’ALAE, porte ses propres actions vers les enfants mais aussi vers les familles et les élus.

Au-delà des possibilités multiples d’insertion de l’enfant dans la vie citoyenne, l’ALAE participe du principe de la continuité de l’action éducative menée par les familles et par l’école. En ce sens, pour nous adérépiens, l’ALAE doit être ouvert à tous, aucun critère de niveau de revenus ou de disponibilité des parents ne doit s’opposer à la prise en charge des enfants par les équipes éducatives.

L’accueil de Loisir doit respecter les normes d’encadrement de la Direction Départementale de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, pour les moins de 6 ans, 1 animateur pour 8 enfants et, pour les 6 ans et plus, 1 animateur pour 12 enfants.

La transformation d’une cantine-garderie classique en ALAE ne doit pas pour seul but d’accéder à un subventionnement de la CAF de l’Aude. Il fait partie intégrante du Projet Éducatif Local de la Ville.

Et maintenant, au vu de ce que vous savez, n’hésitez pas à poser les questions qui vous turlupinent, nous tenterons d’y répondre, n’hésitez pas à donner votre avis, nous le relayerons, n’hésitez pas à consulter régulièrement les nouveaux articles que nous sommes en train de peaufiner pour la nouvelle rubrique « cantines et ALAE » dans la catégorie « articles » …et maintenant, à vous la parole !

Ecrire  Rajout pour vous faire taper sur vos claviers, ces commentaires sur le blog de l’Indépendant en réaction à la publication le 9 de ce mois de l’enquête de l’aderep sur l’accueil périscolaire en grand Narbonnais (voir dossier cantines et ALAE sur ce blog) :

09 02 2011 – 11:21 |  Commentaire anonyme: Et le halal ça revient à combien le repas par enfant?

Notre avis sur ce commentaire : Comme le bio, comme le végétarien, comme le casher, comme le poisson le vendredi, primo, question de population qui fréquente une cantine donnée, -la laïcité c’est le respect de la pensée et de la foi (ou de l’absence de foi) de chacun- et, secundo, marque forte de volonté politique locale (ou non)… Donc, question à poser à vos élus locaux si tant est qu’elle est sincère et pas à sous entendu raciste, puisque chaque commune décide de rendre plus ou moins ouvert son restaurant scolaire. Ce n’est pas un problème de coût, donc. Il serait surprenant par exemple de proposer des menus sikhs ou bouddhistes si 100% de la population scolaire fréquentant une cantine communale est « judéo-chrétienne », non ? Mais il est vrai que cela pose, outre celui de la laïcité de l’accueil périscolaire, le problème de l’égalité de traitement des enfants ou de la liberté d’accès à un service public… Heureusement que l’école publique est ouverte à tous et, donc, multicolore ! Il est concevable de se demander quand la laïcité enfin découverte permettra à des cantines scolaires en pays islamiques ou shintoïstes de proposer si c’est nécessaire des menus « judéo-chrétiens »… L’alimentation n’est pas neutre, ce serait trop simple.

09 02 2011 – 16:05 | Herv  : Trop de social tue le social !…..

Notre avis sur ce commentaire : Quand des parents qui travaillent tous deux dépensent actuellement en un mois 127.33€ de frais pour faire garder et nourrir un seul enfant en milieu périscolaire, on est en droit de s’interroger sur le caractère social de la chose, mais votre trop courte analyse a le mérite d’apporter une lecture différente de la nôtre. A ces 127.33€ il convient de rajouter la participation municipale estimée à 289€, part officiellement répartie entre les contribuables de ce village pris en exemple. Alors, plutôt que de parler « social », parlons « bonne (ou mauvaise) gestion de la vie commune ». Cependant, peut-on vous faire remarquer que, en utilisant votre logique, manger trop de chocolat ne tue cependant pas le chocolat, comme trop aimer ne tue pas l’amour, à notre connaissance.

Nouveau commentaire sur ce blog :

09.02.11 – 16:49 | Auteur    : INGENU : Bravo pour votre enquête qui a le mérite d’éclairer un sujet important. Les articles bien écrits ne manquent pas d’humour. On sent un petit vent d’opposition à la mairie de Coursan ce qui est très démocratique.
Je propose que les dames âgées en particulier en capacité de préparer des repas reçoivent des enfants à midi chez elle. Beaucoup d’avantages: proximité, prix moindre, sentiment d’utilité, lien social, etc. Risque sanitaire limité avec un petit cahier des charges et une formation. Il semble que cela existe au Canada. Ensuite seulement si nécessaire restaurant scolaire municipal.

Notre avis sur ce commentaire : (…) Votre proposition est formidable, vous vous en doutez bien, parce que totalement adaptée à la population coursannaise entre autres. Mais je crains qu’elle ne se heurte aux contraintes légales qui tendent à minimiser les risques sanitaires au nom du sacro-saint principe de précaution. Mais c’est noté, on tentera de la transmettre aux décideurs aussitôt que nous serons écoutés comme spécialistes du sujet (l’aderep existe de façon visible depuis 4 mois, on aime vivre notre insouciance d’adolescents) – La réponse complète à INGENU se trouve au bas de la page « bonjour et bienvenue » de ce blog.

09 02 2011 – 21:44 | Fernet-Blanca  : C’est du n’importe quoi ! Aidons tous les métèques et les constipés qui viennent polluer notre pays …là il y a de l’argent distribué fort généreusement !!! surtout laissez nos gosses mager de la merde ou du bas de gamme ! Débile tout cela …

Notre avis sur ce commentaire : Partir d’une enquête sur le quantitatif de nos cantine, qui vise ainsi à améliorer une situation que souvent l’on ignore, afin de tenir des propos racistes est condamnable, condamnons donc globalement non sans se poser la question sur le fond du raisonnement, comment un constipé peut-il polluer ? Il aimerait bien, mais il ne peut pas… Ah le courage que permet l’anonymat ! Mais bon, c’est vrai, vous le dites vous-même, débile, tout ça… Commentaire retiré par le Journal le lendemain, 10.02.11.

10 02 2011 – 00:54 | Marcel  : d’accord avec hervé … mais par contre trop de connerie ne tue pas la connerie ! hélas.

Notre avis sur ce commentaire : Nous espérons que la « connerie » ce n’était ni pour nous ni pour la journaliste, parce que si oser informer et proposer d’analyser c’est de la « connerie », entrons en monastère et devenons misanthropes. …et surtout, ne lisons plus de journaux qui informent et analysent chaque jour (sourire).

17 09 2011 – 03:52 | ben soussan : pouvez expliquer les differences d expliquations pour votre petition

Notre avis sur ce commentaire :

1/ Il est bien difficile d’expliquer l’inexpliquable. En creusant dans ce blog vous avez pu découvrir ce que nous avons découvert en février et qui nous a fait interpeller les élus : pourquoi sommes-nous si chers et pourquoi toutes les demandes de familles ne sont-elles pas prises en compte comme cela devrait être le cas rien qu’au nom de l’équité due aux enfants. Les réponses fournies publiquement par la municipalité ne sont ni satisfaisantes, ni, pour certaines, acceptables car mensongères (la CAF de l’Aude par exemple ne subventionne pas les repas des enfants et il n’y a pas 200 places ouvertes actuellement);

2/ La consultation des coursannais distribuée 10 jours avant le pétition sensibilisait les parents d’élève à l’absurdité de certaines situations (les repas font 96 kms alors que le Collège des Mailheuls peut rendre le même service localement pour un moindre coût financier et environnemental);

3/ Par souci de clareté nous avons résumé notre pétition à deux points précis choisis pour leur compréhension, d’abord le constat que nous sommes parmi les plus chers du secteur, à qualité égale, et malgré souvent un appel d’offre plus intéressant en nombre pour les entreprises de restauration collective, ensuite, la prise en compte de toutes les demandes d’inscription de la part des familles qui est obligatoire et rappelée par les Tribunaux, mais qui ne se fait pas à Coursan;

4/ Enquête, consultation, puis pétition… si nos élus ne comprennent pas le message, l’aderep soutiendra toute plainte au Tribunal administratif de n’importe quel parent lésé (parent qui est sûr, selon la jurisprudence, de gagner). Nous avons voulu éviter depuis le début de voir condamner Coursan au Tribunal administratif parce que les conséquences financières de cette condamnation seront partagées par tous les contribuables coursannais (indemnisation des familles lésées), pensant trouver auprès des élus la reflexion suffisante pour adapter l’accueil périscolaire à la demande des concitoyens et aux obligations légales. Hélas, nous demandons une entrevue à monsieur le Maire depuis mai 2011, visiblement, il s’occupe de problèmes plus importants que les contradictions de la gestion de ce grand service public municipal dont il a, par mandat, la charge.

Conclusion : Inexplicable ? Non, INEXCUSABLE !

Francis GILLMANN, Président de l’aderep



Laisser un commentaire

ecoliersenhaiti |
ONG IDEAL-SERVICES-PLUS enr... |
La maternelle Jules Ferry d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DIANE REDESSANNAISE
| apestouendaunis
| lepapierdanstoussesetats