quand les bonnes idées sont copiables d’une école à l’autre, on les relaye

30.11.11 Chavernac jardine



le collectif dans l’action, mercredi, jeu public du casse-école

Eh oui, là aussi, l’aderep sera présente pour la défense de l’école…

04.12.11 Collectif du Narbonnais



conseil d’école miquel du 4 novembre

Soirée riche et pleine pourrait-on dire de ce vendredi…

Vous en aurez ici un résumé que nous aurions tant aimé succinct pour faire plaisir à nos lecteurs, mais l’ordre du jour était à ce point chargé (19 points à l’ordre du jour !!!)… En voici notre compréhension et notre interprétation, même si pour certains points, d’autres articles qui suivront entreront plus dans les détails.

1. Questions diverses : Le Conseil des Maîtres refuse de rajouter un « point divers » dans les ordres du jour des convocations pour éviter les « dérives ». Mais en cas d’urgence, de grande importance ou d’imprévu, un sujet ou l’autre peut être rajouté.

Point de vue des élus de l’aderep : Nous avions proposé, comme c’est l’usage dans tout lieu démocratique, de pouvoir disposer dans l’ordre du jour d’un chapitre « points divers » pour évoquer un sujet important ou urgent ou imprévu sans être bloqué par un « rappel à l’ordre du jour ». Nous sommes donc très satisfaits d’avoir été entendus sur ce point mais ne comprenons pas vraiment l’informalité de la chose, accepter les points divers sans les accepter… Quant aux « dérives », nous ne comprenons pas le sens de ce mot placé ici. Il est en effet du ressort d’un Président d’assemblée, le Directeur en l’occurrence, d’éviter toute dérive, si tant est que des membres responsables d’un conseil d’école puissent « dériver ».

2. Intervention de madame Cadoret, la psychologue scolaire sur la situation du RASED :Madame Cadoret nous fait part de la situation catastrophique due au manque d’intervenants spécialisés dans le RASED rattaché à Coursan, et explique les résultats de la cuisine interne de l’Éducation nationale pour faire semblant de prendre en charge les élèves en difficultés. Le Conseil d’école prend note. Aucune demande de prise de position n’est faite.

Point de vue des élus de l’aderep : La situation catastrophique du RASED de Coursan comme des autres RASED de France, l’abandon progressif du suivi des élèves en difficulté par manque flagrant de moyens, l’intégration d’enfants handicapés dans le cursus normal de scolarité, la non nomination de maîtres spécialisés (rééducateurs psychomoteurs et spécialistes du langage), sont un des chevaux de bataille du Collectif de Défense de l’école du Narbonnais dont l’aderep fait partie intégrante. C’est donc bien avant que de se voir proposer l’intervention de madame Cadoret en point divers qui ne l’est pas, que nous avons décidé de proposer une motion qui sera adoptée lors de la suite de ce conseil d’école, motion dénonçant la paupérisation de l’éducation nationale dans sa globalité.

3. Effectifs : Monsieur le Président du conseil fait part des effectifs actuels et de leur répartition qui donne une moyenne pour l’école de 25,4 élève par classe. C’est peu, et plus d’enfants quittent l’école à la fin de l’année qu’il n’y en a qui y entrent. Les prévisions font apparaître un déficit de 9 élèves à la fin de cette année scolaire…

Point de vue des élus de l’aderep : Nous n’avons fait aucune intervention sur ce sujet, mais nous sommes inquiets en nous voyant approcher du seuil de fermeture… Nous ne pouvons que rapprocher cette situation du manque d’accès aux structures périscolaires sur Coursan. En effet, à notre connaissance et sur foi de témoignages, des familles scolarisent leurs enfants ailleurs par manque d’accès aux structures. Autant d’enfants en moins dans les effectifs de Miquel, et fermeture en vue. Nous resterons vigilants et actifs.

4. Elections : Progression du taux de participation des parents, de 18% en 2009 à 45% en 2011 en passant par 35% en 2010. La multiplication des listes (et l’émulation qui en a résultée) semble être l’interprétation à donner à ces chiffres. L’aderep profite cette année du gain d’un siège, mais la FCPE gagne des voix, donc victoire générale.

Point de vue des élus de l’aderep : Des victoires comme celle-là, on en veut bien chaque année.

5. Restaurant scolaire, garderie, ALAE : Monsieur Laffont, directeur de l’ALAE, à la demande de nos élus, nous fait part de l’état actuel des inscriptions, Jeanne Miquel : entre 40 et 45, Casanova : 20, Saint-Exupéry : 5, Chavernac : 20… La demande est faite pour créer un espace de travail scolaire pour permettre aux enfants d’apprendre leurs leçons. Nous posons le problème de la responsabilité des adultes quant au contrôle du travail fait. Il est répondu que cela reste à la charge des familles. Un aparté est fait sur les devoirs écrits non obligatoires et l’aderep fait, pour étouffer dans l’oeuf tout débat stérile, joindre au procès-verbal de séance le résumé de l’état de la Loi sur les travaux écrits à la maison qui, facultatifs ou obligatoires, sont simplement INTERDITS par le législateur.

Point de vue des élus de l’aderep : Nous ne doutions pas que la responsabilité revenait aux familles dans l’esprit de tous puisque le règlement intérieur de l’accueil périscolaire précise fort illégalement, l’absence de responsabilité de ses intervenants. Quant aux effectifs, nous notons en souriant les chiffres donnés, bien inférieurs à la capacité d’accueil de la structure (144 semblerait-il)… Manque de volonté d’embaucher du personnel ou refus de voir inscrits certains enfants demandeurs ? Lorsque monsieur Payneau demande s’il y a des questions, nous intervenons pour dire que nous ne posons plus aucune questions, celles-ci ayant déjà toutes été posées, nous n’attendons donc que des réponses, entre autres de la part des tribunaux, puisque l’aderep portera plainte au cours des jours prochains.

6. Règlement intérieur de l’école : Règlement de l’année précédente adopté à l’unanimité sans modification notable, à part la qualité des ballons dans la cour. A la demande de l’aderep, un rappel à l’article 4.2 est fait, les règles de politesse devant s’appliquer aussi entre adultes.

Point de vue des élus de l’aderep : Nous avions bien travaillé l’an dernier si personne n’a rien à redire au regard de l’application jusque là de ce règlement. Le rappel à la politesse a été fait pour que d’autres parents et quelques rares enseignants n’oublient pas de nous saluer ou cessent de détourner leurs regards pudibonds de nos modestes personnes.

7. Enseignement des langues : Tous les élèves bénéficient de l’enseignement d’une langue vivante étrangère, pour les CP, espagnol, et pour les autres classes, espagnol et anglais. Pour l’enseignement des langues et cultures d’origine, il est rappelé que cela ne concerne pas la responsabilité de l’école, mais information est donnée sur des problèmes liés à la relation entre enseignant et familles turcs. A la suite d’une médiation de monsieur l’inspecteur, la situation se réglera semble t’il mi novembre.

Point de vue des élus de l’aderep : Sur l’ELCO (étude des langues et cultures d’origine), il serait souhaitable que les réprimandes publiques soient évitées à l’avenir, surtout si elles sont liées à des menaces physiques.

8. Aide personnalisée : Mise en place dans toutes les classes, aucune opposition des parents n’est communiquée bien que certains parents n’aient pas répondu aux enseignants qui les sollicitaient.

Point de vue des élus de l’aderep : Si les parents des enfants qui en ont besoin ne répondent pas, peut-on parler de succès ? Et cette aide personnalisée aux élèves en difficulté doit-elle être liée à la volonté d’éliminer les RASED, les enfants à problème étant confiés au personnel non spécialisé ?

9. BCD : Pas de demande d’enseignants à ce jour, pour cause d’emploi du temps trop fourni.

Point de vue des élus de l’aderep : C’est fort dommage, mais c’est du domaine du choix pédagogique, donc pas de prise de position officielle.

10. Sorties théâtre : Toutes les classes iront au théâtre. Participation de 2.50€ est demandée aux familles.

Point de vue des élus de l’aderep : La participation financière des familles à un enseignement obligatoire se fait par la voie de l’impôt. Mais bien entendu, la bonne volonté de tous les enseignants de Miquel d’ouvrir l’école et leur enseignement à la vie doit être encouragée, alors, pour le moment, pas de blocage de principe, tant d’autres sujets sont plus scandaleux actuellement dans les principes légaux inappliqués.

11. Activités USEP : Information est donnée au conseil d’école sur les activités de l’USEP du mercredi et sur les rencontres inter écoles.

Point de vue des élus de l’aderep : Pas de commentaire sur une information générale.

12. Piscine : État des fréquentations et des modalités de partage d’emploi de la piscine avec Chavernac. Le rappel est fait à l’obligation légale de fréquentation scolaire pour cette activité vu la réticence de quelques parents à faire fréquenter la piscine par leurs enfants.

Point de vue des élus de l’aderep : Pas de commentaire sur une information générale et sur un rappel à la Loi, nous sommes bien entendu d’accord.

13. Finances : Les ressources de l’écoles sont exposées par monsieur le Président, et le conseil s’arrête longuement sur le financement du transport (250€ par classe) qui semble poser un gros problème tout au long de l’année. L’aderep intervient pour demander à la Commune de réviser la part transport, voire de négocier avec l’Agglo pour une péréquation financière d’une part transport entre les différentes Communes qui n’ont pas le même traitement (il est plus facile de se rendre à la piscine si elle est située à côté d’une école que s’il y a 30 kilomètres à parcourir). Un vote est demandé et le conseil se prononce à l’unanimité des présents (sauf le représentant de la Municipalité) pour demander une enveloppe supplémentaire pour financer le transport des élèves (pour toutes les écoles de Coursan). Nous demandons également que les comptes-rendus de la commission extra municipale des affaires scolaires et du périscolaire, voire simplement l’ordre du jour soit affiché (ou simplement communiqué aux parents élus) pour pouvoir faire remonter les demandes ou propositions de sujets, le cas échéant.

Point de vue des élus de l’aderep : Hors la Municipalité et les familles, l’école bénéficie d’une autre source de financement, la Coopérative scolaire (ici, l’USEP), mais le conseil d’école n’y a fait nulle allusion… Nous y reviendrons bien sûr puisqu’il s’agit du moyen de responsabiliser les enfants, de les ouvrir à la citoyenneté, voire de leur demander leur avis, simplement. En absence de présentation même sommaire, du bilan de l’école ou de la coopérative (obligation du premier conseil d’école), il est difficile de se prononcer sur la nécessité urgente de faire « entrer de l’argent » comme le prochain point de l’ordre du jour y fait lourdement allusion. Avant de hurler au loup et de solliciter individuellement les familles, il faut étudier le manquement éventuel de chacun face à ses obligations légales, compte tenu de la nécessité pédagogique des sorties. Quant à la commission extra municipale, madame la première adjointe au Maire avait lors de notre assemblée fait part à la salle de l’absence des représentants de parents (2 parents FCPE) lors des deux dernières commissions… Donc, nous estimons notre demande légitime, on ne peut logiquement décider des choix de l’Ecole sans demander leur avis aux utilisateurs quels qu’ils soient. Autre propos, la Municipalité finance intégralement le matériel informatique, c’était bien un point que nous souhaitions éclaircir pour que les parents comprennent que le contenu de la déclaration d’intention des candidats de la liste FCPE était volontairement mensongère.

14. Fêtes de l’école : Pour ce point, nous nous permettrons de citer ici le document de travail proposé au conseil et qui est fort surprenant dans sa formulation : « (…) L’équipe souhaiterait organiser différentes manifestations afin de faire « entrer de l’argent » dans le but de financer le maximum d’activités sans solliciter les familles. Le plus gros poste semblant être les transports qui sont de plus en plus onéreux (…) ». Une tombola sera organisée en décembre et un moment récréatif en juin. L’aderep intervient pour rappeler qu’en l’absence d’information sur le budget il est difficile de savoir à quel point il faut faire « entrer de l’argent » et rappelle que c’est elle qui a proposé de faire une fête de l’école cette année, fête à l’initiative des pédagogues et fête thématique. Il est répondu que la fête aurait lieu un samedi, et donc que la pédagogie se limitera à une manifestation récréative que dirigeront les parents pour faire « entrer de l’argent ».

Point de vue des élus de l’aderep :Nous avons toujours souhaité « expulser les marchands du temple », mais il semble qu’ils entrent par la fenêtre quand la porte se referme sur eux. Nous avons bien demandé cette année l’organisation d’une fête des enfants, voire une fête de l’école, qui n’a bien entendu pas vocation à être déficitaire, mais il a fallu que « l’équipe » ???? décide qu’hors temps scolaire, des parents « fassent de l’argent pour l’école » hors tout intérêt pédagogique, hors thème fédérateur, hors projet d’école et en absence de spectacle. Et ce, en lien avec le budget transport à la charge de la collectivité ! Les enseignants ayant réaffirmé leur refus d’un thème fédérateur ou d’un intérêt pédagogique quelconque à part la  »récréativité » de la chose, et le caractère exclusivement lucratif de la fête, l’aderep pense que c’est donc un thème totalement hors sujet lors d’un conseil d’école puisque sans intérêt pédagogique et non conforme à la légalité.

15. Projet d’école : Report administratif du nouveau projet d’école à la rentrée 2012.

Point de vue des élus de l’aderep : Il est lamentable de ne pas donner au Projet d’école l’intérêt que celui-ce devrait avoir pour tous, vivre ensemble autour d’une idée centrale, sachant que pour la mise en application du projet actuel, tous les partenaires n’ont pas rempli leur contrat.

16. Travaux : Un état des travaux effectués et des demandes de travaux nouveaux est donné. Monsieur l’adjoint répond aux questions des enseignants.

Point de vue des élus de l’aderep : Il est bon et légitime d’informer le conseil d’école, rien à redire.

17-18. Sécurité à l’école et accessibilité de l’école aux handicapés : Sur proposition de l’aderep, ces deux points ont été repoussés au deuxième conseil d’école de l’année vu les conditions météorologiques et le temps écoulé à travailler sur les autres sujets.

Point de vue de l’aderep : Bien qu’importants, ces points sont suivis par le directeur en absence d’une position du conseil.

19. Motion pour le maintien de la qualité du service public de l’éducation nationale :  Adoption à l’unanimité du conseil de la motion suivante : « Le Conseil de l’École Jeanne Miquel, réuni le vendredi, 4 novembre 2011 apporte son soutien aux mouvements de protestation qui dénoncent les économies budgétaires faites sur l’Éducation nationale, et dont les enfants sont les premiers à pâtir, fermeture des classes de tout-petits en écoles maternelles, abandon progressif du service de santé scolaire, suppressions de postes d’enseignants, fermeture programmée des RASED, hausse des effectifs, suppression dans le secondaire de postes d’administratifs et de surveillants, … alors que la population scolaire est en augmentation. Ces économies ne pourront pas être sans conséquences sur l’avenir de tous et sur le niveau global d’études des élèves. »

Commentaire des élus de l’aderep : C’était notre proposition intégralement reprise, nous n’avons pas pu voter contre (sourire).

Le conseil d’école est levé à la satisfaction de tous (et de celles et ceux qui nous auront lus jusque là).

Prochains conseils prévus les 16 mars et 19 juin 2012.



propositions de rajout à l’ordre du jour du Conseil d’école

Nos élues ont remis à monsieur le directeur de l’école une dizaine de propositions. Comme chaque année, le premier conseil d’école qui doit avoir lieu dans les 15 jours qui suivent l’élection des représentants de parents d’élève, se heurte à la date des vacances scolaires, et donc, ce conseil se tiendra par la force des choses et surtout par le poids des dates, le vendredi, 4 novembre. Il est donc extrêmement difficile d’interroger les parents et de faire remonter toutes les propositions de chacun pour le 4 novembre. Mais c’est partie remise, nous porterons vos questions au cours du deuxième trimestre scolaire, sauf urgence. En attendant, voici ce à quoi Nathalie, Sylvia et Élisabeth ont pensé proposer comme rajouts :

1. Point sur les élections de représentants des parents d’élève pour souligner positivement le taux exceptionnel de participation.

2. Bilan financier 2010-2011

Question subsidiaire : Parc informatique qui paye ?

3. Rappel de la neutralité commerciale de l’école, quelle est la position officielle de l’administration pour les manifestations à venir, vente de crêpes, kermesse, lotos…

4. L’aderep demande aux enseignants s’ils souhaitent une fête de l’école cette année et comment celle-ci s’inscrit dans le projet d’école.

5. Demande d’affichage des CR de Commissions extra municipales des affaires scolaires et périscolaires.

6. Sécurisation des abords des écoles : Demande de prise de position du Conseil d’École sur la sécurité physique aux abords des écoles (peinture du sol, présence de l’agent municipal les jours de grève, circulation des véhicules rue Rollin.

7. Reprise de la motion votée au Conseil municipal pour soutenir le collectif narbonnais de défense de l’école publique.

8. Demande d’alerte sécurité in situ pendant les heures scolaires avec présence des services de secours et des représentants des parents.

9. Vote du Règlement intérieur pour l’année et respect de celui-ci (rappel des règles de politesse entre adultes en présence des enfants). Rajout d’une proposition dans le règlement intérieur du Conseil d’école d’un point divers en début de séance pour permettre de soulever dans l’urgence un ou deux points non prévu.

10. Quid de l’enseignement turc en temps scolaire ?

Nous ferons en temps utile notre compte-rendu des réponses et des décisions du Conseil 



18-02-11 au nom des valeurs que je défends depuis des années

Nathalie Bouzigues, tête de liste des parents aderep élus à Jeanne Miquel, absente et excusée de la réunion du conseil d’école tient à exprimer son point de vue -que le Bureau de l’association partage totalement- sur un sujet qu’elle porte depuis des années, celui des la restauration scolaire et de la garderie dans notre ville :

Chers parents,

J’ai eu compte-rendu oral du conseil d’école du 18 février 2011 par mes colistiers Sylvia Ramos (titulaire) et Francis Gillmann (suppléant) qui y siégeaient pour représenter notre association. Des prises de position publiques de certains des huit élus qui représentaient la Fédération de Parents d’Élèves (FCPE) ou le silence des autres élus FCPE pendant cette réunion ne peuvent me laisser muette.

La FCPE à laquelle j’ai appartenue pendant de nombreuses années se battait pour OFFRIR A TOUS LES ENFANTS SANS EXCEPTION le meilleur, tant dans l’éducation que dans tous les domaines qui l’entourent comme la restauration scolaire et la garderie. Cela n’est malheureusement plus le cas des représentants actuels élus à Jeanne Miquel au titre de cette Fédération, dont certains sont adhérents et siègent en commission consultative extra municipale, depuis trois ans, pour vous représenter et porter l’idée de l’excellence POUR TOUS et donc à moindre coût pour les familles. Encore faudrait-il y poser des questions, y formuler des propositions ou en faire un bilan pour l’information des parents.

NON, chers parents, vous représenter ce n’est pas donner raison à une municipalité qui fait payer à un demandeur d’emploi 32.50€ une carte de cantine de 5 repas pour un seul rendez-vous à Pole Emploi et qui ne pourra pas se faire rembourser les tickets non utilisés !

NON, élus de la FCPE, représenter les parents ce n’est pas accepter sans réagir que l’on sous entende que les repas venant du même fournisseur seraient de qualité différente pour les enfants de Bages ou ceux de Coursan, ce qui entraînerait une différence flagrante entre les prix à payer par les familles de ces deux villages, en gros, du simple au double !

Alors qu’un conseil d’école n’est pas le lieu d’un débat politicien et que nous devrions nous battre tous ensemble pour le bien des enfants, vous préférez soutenir publiquement une majorité municipale contre l’ouverture au plus grand nombre, contre la pleine satisfaction de la demande des parents et pour l’inégalité du traitement des familles dans le Grand Narbonnais ! Vous en justifiez aussi les prix locaux exorbitants !

J’espère que le Conseil départemental de la FCPE, à Carcassonne, aura vent de vos attaques régulières contre les valeurs de la gratuité, de la laïcité, de la neutralité de l’école et contre l’égalité des chances pour tous dans le périscolaire. Les valeurs fondamentales de cette Fédération ont bien changé depuis deux ans par la position et l’expression de ses représentants officiels pour l’école Jeanne Miquel !

Nathalie Bouzigues, tête de la liste aderep,                                                         élue pour défendre les intérêts des élèves et de leurs familles



18-02-11 beni oui oui (anecdote 4)

Vendredi, 18 février – Conseil de l’école Jeanne Miquel – anecdote 4

Toute assemblée a son naïf de service, dirons-nous. Pendant que nous exposions les chiffres résultants de l’enquête, l’adjoint au Maire, monsieur Azalbert, tentait par tous les moyens de trouver la faille au raisonnement imparable : par quelque bout que l’on reprenne notre longue énumération chiffrée, le quantitatif périscolaire de Coursan apparaissait scandaleux. Pour une fois qu’il ne fut pas dit que nous « roulions » pour le Privé (nous avons affirmé que c’était bien la Mairie par le choix des tarifs pratiqués qui permettait à des familles de s’affranchir de l’école républicaine), une grossière allusion sur une manipulation politique (ben non, nous on aimerait bien être les meilleurs, et on s’en balance de qui nous offrira ce sentiment), une contestation sournoise de la réalité de nos chiffres (genre « c’est pas 1096€, mais 1088€, page 28, alinea 53, sous chapitre 12) et une tentative désespérée de notre représentant du Maire de faire basculer le débat sur la qualité de la prestation (c’est vachement bon, ça mérite son prix)… Pauvre Adjoint, il y a des jours où l’on doit préférer être chez soi au coin de la cheminée, mais bon… Grand moment de solitude pour don Quichotte…

Les membres du Conseil d’école riaient sous cape ou plaignaient tacitement le représentant (défenseur inconditionnel et inoxydable) de la Mairie. Bon, il était dans son rôle, après tout ! Tout parent d’élève avait intégré le raisonnement simple : si on fait payer cher au consommateur, c’est parce qu’ici, le contribuable paye moins qu’ailleurs, avec entre autre conséquence désastreuse, de voir emplir les écoles privées.

Mais ne voilà-t-il pas que monsieur Jérôme Canguilhem joue le Sancho Pança de service ! L’on aurait pu s’attendre à voir ce rôle (nécessaire à la tragi-comédie du moment) endossé par un quelconque directeur d’alae, par exemple, ben non, ce fut le numéro deux de la liste FCPE qui assura la protection et les arrières de monsieur Azalbert don Quichotte !

Solitude d'un Adjoint

Insufflant un formidable esprit d’équipe, il fut bientôt rejoint dans sa fougue et ses stances (pas en alexandrins, ne rêvons pas), par deux autres membres de la liste FCPE ! Monsieur l’adjoint « Quichotte » a raison, nous affirma parent « Pança », j’ai mangé au restaurant et ce fut tellement bon que je m’étonne que cela ne fut point plus onéreux ! Augmentons donc le tarif pendant des années pour le consommateur puisque c’est génial que depuis des années les impôts n’augmentent pas, un « ce n’est pas cher, et même si c’était plus cher, je payerais plus cher » en substance. Un parent qui fait un réquisitoire contre les parents ! Et pas n’importe quel procureur ! Le numéro 2 de la liste, membre encarté de la FCPE, la vraie FCPE, pas le FCPE locale, mais la FCPE qui se bat pour l’école ouverte à tous, accessible au plus grand nombre, contre l’école inégalitaire et élitiste ! Cette déclaration publique d’amour envers don Quichotte pourrait nous faire penser à une prise illégale d’intérêt, du style à demander une deuxième ration à la cantine… ou une place de don Quichotte à la place de don Quichotte dans une prochaine tournée de la pièce ?

Amendement Canguilhem  <--- l'aderep, jamais à court de propositions constructives, aide un élu de la FCPE à assumer son envie de dépenser plus. Elle propose donc à la municipalité d’adopter un amendement rajoutant une ligne spéciale à la grille tarifaire proposée afin d’amortir plus rapidement l’investissement et de réduire significativement les frais de fonctionnement du joli bâtiment à caractère social non galvaudé.

Nous aurions aussi pu parler d’avocat du diable, mais nous refusons de diaboliser les élus, même les parents d’élève FCPE élus.



18-02-11 – nous avons les moyens de vous faire reflechir (anecdote 3)

Vendredi, 18 février 2011, Conseil de l’école Jeanne Miquel… – anecdote 3

Pendant l’intervention de l’aderep sur les cantines et alae quelques chiffres ont été lancés dans le débat, chiffres issus de l’enquête dont les tableaux récapitulatifs sont sur ce blog. Pas les résultats bruts, mais une interprétation à l’année, au kilo, au litre. Nous vous offrons ce petit jeu QCM (questionnaire à choix multiple), qui a servi par ses items à donner des exemples au conseil et dont copie a été remise à l’adjoint en fin de réunion, pour que la municipalité puisse jouer, l’esprit de l’aderep a toujours été convivial et ludique. Jouons donc, jouez, faites jouer, les chiffres donnés sont difficilement contestables, mais à la fin de cette page, ne déménagez pas, ne fuyez pas Coursan, tentez juste, en nous rejoignant, de faire évoluer la vision qu’a notre municipalité de l’intérêt d’offrir à moindre coût l’accès à la restauration scolaire et à l’alae à tous ses enfants, même aux plus faibles (ils sont élus pour cela).

Nota : Pour un coût (comprenant fonctionnement et amortissements) plus le contribuable paye (charge répartie sur le plus grand nombre au prorata des impôts locaux et taxes diverses) et moins le consommateur paye, donc, plus le service est un service public et par voie de conséquence, maîtrisé par la communauté. Plus le déficit d’exploitation est pris en charge par l’individu consommateur, plus le service tend à se privatiser et moins la communauté des citoyens se sent concerné par ce grand service à caractère social.

grand jeu-QCM sur l’accueil périscolaire à Coursan tarifs janvier 2011

réponses 

 1/ Parents à très bas revenus, pour 1 année de « cantine + 3h de garderie » (175 jours de classe en moyenne annuelle) :

Ecole publique de Coursan : 525€  / 811€ / 1069€  ?

Aide : Moyenne Grand Narbonne : 798 € 

1/ 1069 €, 6° place

le 1°, Fleury, 1200€, a son propre cuisinier 

Autres réponses : Bages 525€, Ecole privée X de Narbonne 811€ 

2/ Parents à très hauts revenus, pour 1 année de « cantine + 3h de garderie » (175 jours de classe en moyenne annuelle) :

Ecole publique de Coursan : 509€ / 811€ / 1136€ ?

Aide : Moyenne Grand Narbonne : 855 € 

2/ 1136 €, 1° place

Autres réponses : Narbonne 509€, Ecole privée X de Narbonne 811€ 

3/ Distance de livraison des repas : 

Coursan : 18 km / 62 km / 95 km ?

Aide : Moyenne Grand Narbonne : 64 km

3/ 95 km, 4° place

Autres réponses : Salles d’Aude 18 km (13°), Moussan et Marcorignan 62 km (8°) 

4/ Ouverture au plus grand nombre d’enfants (nbre total de places offertes actuellement en cantine /nbre d’élèves)

Ecole publique de Coursan : 20% / 36% / 56%  ?

Aide : Offre moyenne Grand Narbonne, 34.87%

4/ 20%, 18° et dernière place

Autres réponses : Gruissan (36%), Bizanet (56%) 

5/ Remboursement ou non prise en compte du repas si enfant malade :

Municipalité de Coursan : oui / non ?

Aide : 1 commune, Montredon-des-Corbières, aucun remboursement possible ; 3 communes après 24 heures ; toutes les autres communes, remboursement intégral ou non paiement si prévenues à temps le matin même.

5/ Oui, mais après 48 h, donc 2 repas non pris mais payés, 2° place alors que Bages, qui a le même fournisseur, remboursement intégral si prévenus le matin même 

6/ Mode de paiement :Seule commune à exiger le pré paiement au mois : 

C’est Coursan / Cela ne peut pas être Coursan 

6/ Comment l’avez-vous deviné, c’est… Coursan ! 

7/ Remboursement des tickets non utilisés en fin d’année :

Commune de Coursan : oui / non  ?

Aide : 2 communes non, 16 communes oui (ou bien fonctionnent sans tickets) 

7/ Non bien entendu, comme Montredon qui utilise le ticket nominatif non échangeable 

8/ Prix d’un repas occasionnel :

Ecole publique de Coursan :  impossible / tarif standard / 6.50€  ?

Aide : Moyenne Grand Narbonne de 3.20 € à 4.26 €

8/ 6.50 €, 1° place, seule en tête 

Pour toutes les autres communes, tarif standard 

9/ Surtaxe pour enfant extérieur (pour enfants de CLIS venant d’une commune voisine par exemple) - (question non posée dans l’enquête mais ne figurant sur aucun autre tarif remis)

Commune de Coursan :

0% / 10% / 20% / prise en charge par les communes / prise en charge par les familles

Aide : A notre connaissance 1 seule commune fait payer les familles.

9/ Coursan, + 20%, pris en charge par les seules familles

Autres communes : 0% 

10/ Nombre de places de cantines

Coursan : 1 place de cantine pour…

14 habitants / 37 habitants / 56 habitants  ?

Aide : 1 place de cantine pour 23 habitants en moyenne Grand Narbonne 

10/ 110 places offertes actuellement / 6166 habitants donc

1 place/56,05454 habitants, 1° place

Autres réponses : Bizanet 1 /14 (18°) et Vinassan 1 / 37 (2°) 



18-02-11 – bande de fainéants, vous n’avez que ça à foutre ? (anecdote 2)

Vendredi, 18 février 2011, Conseil d’école Jeanne Miquel – anecdote 2

Le ridicule ne tue pas sinon il serait resté fort peu de parents de la liste concurrente ayant survécu à ce conseil…

Madame Stéphanie Martinez, tête de la liste, enfin, vu la dissonance des positions de ses colistiers, d’une des listes de la FCPE, (ah ben oui, sommes obligés de rayer la mention devenue inutile, z’ont tous rempli la liste de présence dans la case justificative par un formidable et courageux « parent d’élève » alors que vos deux élus emplissaient la case face à leurs noms d’un « aderep » pour valider leur présence, nous, on assume ce que l’on est), madame Stéphanie Martinez, donc, prenant la parole pour une des très rares fois* pendant ce conseil, certainement au nom de son groupe FCPE, (enfin, on supposait jusque là que c’était à ce titre qu’elle s’était présentée), lors de l’exposé du point « cantine et alae » de l’ordre du jour, demanda à nos représentant si nous n’avions rien d’autre à faire dans notre vie oisive que cette enquête dont nous dévoilions les résultats et affinions l’analyse pour notre commune.

Eh bien justement non, c’est idiot, nous n’apportions pas, à la porte de l’école, de crêpes, nulle galette des rois, ne portions aucun masque de Carnaval, et avons occupé notre précieux temps libre précédent ce conseil à offrir à 18 communes un outil de travail gratuit dont nous avons été, par la bande, remerciés. Accessoirement, nous pensions qu’informer le conseil d’école qu’avec un prix global du périscolaire nettement supérieur au prix pratiqués dans le privé par exemple, nos écoles perdaient pour des raisons bassement financières et non idéologiques, des élèves au profit du privé. Par voie de conséquence, l’on pouvait craindre par cette baisse d’effectifs une fermeture de classe dans l’école publique…

Tacitement, les enseignants avaient visiblement compris l’intérêt et la logique du raisonnement, à l’instar de l’adjoint et du directeur de l’alae et tous semblaient intéressés par l’énoncé des chiffres et les déductions faites… mais aussi quelques très rares parents d’élèves (quels martinezo-traîtres !) de …la liste FCPE !

Comme quoi, rien n’est perdu car, si l’on supprime les parasites qui empêchent les gens sensés d’écouter les parents « oisifs » de l’aderep, si l’on refuse le discours dogmatique sur l’absence de possibilité budgétaire qui bloque par voie de conséquence toute proposition constructive tendant à améliorer un service municipal à caractère social dans notre ville en l’ouvrant au plus grand nombre (discours dogmatique repris lors de ce conseil par quelques élus FCPE, si, si, incroyable mais vrai), si l’on soutient donc le combat de notre association contre les prix exorbitants du périscolaire à Coursan, l’on fera gagner aux familles et surtout aux enfants, bien plus que la ridicule vente de pâtisseries bretonnes pour la très peu laïque Chandeleur.

On permettra, par une baisse des tarifs payés par les parents, à tous les enfants, même et surtout aux plus démunis, dans le cadre de l’accès du plus grand nombre au périscolaire, entre autres bénéfices, d’accéder à un repas par jour garanti équilibré, ce qui n’est le cas actuellement que de 20% d’enfants de Coursan, la pire situation du Grand Narbonne. Egalité des chances pour tous, (même au sein de l’Agglo), zut, encore un combat de la FCPE nationale que l’aderep mêne contre les adhérents locaux de la FCPE !

Mais quand vous rendrez-vous compte, madame la représentante locale de la très honorable FCPE, qu’il est parfois plus utile d’avaler sa jalousie que de se ridiculiser en public ? Au delà de votre ridicule intervention pleine de mépris, l’idée vous a-t’elle effleurée qu’il est nécessaire d’agir tous ensemble pour rattraper le décalage qui, années après années, a rendu nos écoles coursannaises plus inégalitaires que leurs voisines ?

Tête de liste se ridiculisant   <--- effets des interventions de la représentante des parents loto-kermesse

 

 

 

*Un grand débat avait déjà déridé l’assemblée quelques minutes auparavant pendant le traitement du point « piscine » qui a éclaboussé certains parents FCPE qui s’étaient plaints de l’humidité de l’eau et des conséquences désastreuses que H²O + un p’tit peu de chlore pouvait avoir sur la santé de leurs rejetons. Le débat mené de main de Maître, qu’osons-nous dire, de Directeur, par monsieur Payneau sur l’absence d’eau sèche n’a pas eu d’autres conclusions que de constater la bêtise de quelques parents privant leurs enfants d’une activité scolaire, incluse dans les programmes, et donc OBLIGATOIRE (logiquement, si nos petits coursannais à peine humides prennent systématiquement froid en sortant de la piscine, aucun petit norvégien ne doit alors pouvoir apprendre à nager sans attraper de pneumonie). On vous l’a dit, le ridicule ne tue pas, c’en est bien là la preuve !



18-02-11 – nostra maxima laïca culpa, erreur dans l’enquête, corrigez vous-même (anecdote 1)

Vendredi, 19 février 2011, Conseil d’école Jeanne Miquel, anecdote 1 (anecdote suffisamment grave pour bloquer le débat quelques minutes).

Pendant le sujet « cantine et alae », monsieur l’adjoint au Maire de Coursan chargé des affaires scolaires a affirmé que l’aderep s’était trompée dans le calcul du nombres d’habitants nécessaires pour obtenir une place en cantine. IL AVAIT RAISON ! Donc, nous tort, nostra maxima laïca culpa. Nous nous la battons notre coulpe et ô combien. Comme notre humiliation fut publique et que, désarmés, nous n’avions pas nos calculettes sur nous, nous nous précipitâmes ce samedi 20 sur les instruments de calcul mathématique z’électroniques. Quelle fut donc cette énorme erreur (aucune autre des 17 communes consultées n’a émis depuis plus de dix jours d’observation sur un mauvais calcul éventuel que nous nous étions engagés à publier sur ce blog, nous pensions avoir tout juste…) ?

Coursan : 57 (avant dernière page de l’enquête, tableau en bas à droite), qui plus est, SUR-LIGNÉ EN ROUGE, genre, nous on n’a vraiment pas aimé se retrouver à la pire des places. Effectivement, monsieur Azalbert, nous nous sommes trompés et le reconnaissons. Mais quel calcul nous avait amené à ce 57 ?

S’il y a bien (avec le calcul des hypothétiques taxes carbone de cette enquête), s’il y a bien donc un résultat peu scientifique c’est celui là, et c’est bien pour cela qu’il fallait lire l’explication à gauche des résultats chiffrés. Il s’agissait d’avoir une idée de la vision qu’avaient les élus de l’importance de la cantine par rapport non aux contribuables seuls ou aux taxes récoltées, mais au nombres d’âmes de la commune. C’est une interprétation, mais aux résultats sans appels si effectivement le calcul est juste (arghhhhhh, si seulement on n’avait pas fait cela, nous ne nous serions pas trompés !). Savourez, z’anti-aderepiens, pour une fois que nous falsifions la vérité et qu’en plus l’on s’en confesse…

Coursan 57, c’était donc le ratio obtenu en prenant le nombre d’habitants et en le divisant par le nombres de places cantines ouvertes dans chaque village, montrant ainsi l’image d’un village dynamique, jeune, investissant sur son avenir quand le ratio était bas, Bizanet, par exemple, 14 habitants pour une place de cantine ou d’un village peureux, timoré et peu attractif pour des familles avec enfants désirant s’y installer. Zut, et re-zut, non, sérieusement, nous avions honte ! Coursan, 57 habitants, loin devant le second (+20 habitants)… avait obtenu la couleur rouge de la honte générale…

Donc, reprenons la calculette, 6166 habitants (chiffres INSEE 2007), 110 places cantine ouvertes (on refuse quotidiennement des « clients » faute d’encadrement). Comme le calcul part des mêmes sources ici et ailleurs, des mêmes chiffres donnés en Mairies… on ne compte pas ce qui pourrait éventuellement se passer si jamais il y avait plus de personnel encadrant ou plus de tables ou plus d’assiettes, pas 4 sites alae avec un seul directeur, enfin pas la cuisine interne qui relève du discours politicien ou de la façon d’enfoncer une porte ouverte… 110 places c’est le nombre officiel, deux fois confirmé, à deux jours de différence, aux guichets de not’ Mairie (c’est expliqué dans le préambule de l’enquête).

6166 : 110 = 56.0545454… (nous disions que l’arrondi est à l’unité la plus proche, et l’unité la plus proche, cela nous donne…

…56, pas 57 ! )

Il faudra à monsieur Azalbert expliquer comment un 0.0545454 d’habitant doit disparaître dans l’arrondi inférieur, mais soit, nous nous tapons sur les doigts, nous avons fait du dangereux activisme politique en surgonfflant ce chiffre de 0.945 (arrondi) habitants par place de cantine. Si c’est la seule faute de notre enquête, c’est que le reste surligné en rouge dans le tableau récapitulatif face à notre ville est juste. CQFD, merci monsieur l’Adjoint.

Nous ne nous retrouvons pas pour autant au milieu du tableau, noyés dans la masse, cachés par la moyenne, nous confondant avec les anonymes qui ne sont pas surlignés.

NOUS SOMMES TOUJOURS PREMIERS, TOUJOURS EN ROUGE, NE DEVANCANT PLUS LE SECOND QUE DE 19 HABITANTS AU LIEU DE 20 mais AVONS TOUJOURS HONTE.

Doit-on envoyer ce rectificatif aux autres Communes ?

*précision : 6124 habitants en 2008 d’après une autre source, mais cela ne change pas grand chose puisque jusqu’en 2011, Coursan s’est encore agrandi, donc son ratio s’est élevé.



deuxième conseil d’école ordinaire à jeanne miquel le 18 février

Ordre du jour :

  • Rentrée 2011, prévision d’effectifs ;

  • Evaluations CM2 ;

  • Piscine ;

  • Chorale ;

  • Transports CMPP ;

  • Bibliothèque ;

  • PPMS ;

  • Projet d’école ;

  • Travaux ;

  • Restaurant scolaire, garderie ;

  • Achat d’une sono ;

  • Date du prochain conseil d’école.

Si vous avez des questions, des propositions, des observations que vous souhaitez que nos élus portent pour vous, laissez vos messages sur notre boite mail, inondez-la de vos suggestions. Sur certains sujets de cet ordre du jour, vous pouvez vous douter que ce qui est écrit sur ce blog, nous le transmettrons aux membres du conseil. Bien sûr, si nous n’avons plus rien à communiquer sur ces sujets d’ici là, nous vous ferons compte-rendu forcément subjectif des débats et ferons retranscription les prises de position de Nathalie Bouzigues et de Sylvia Ramos dans cette réunion formelle.



12

ecoliersenhaiti |
ONG IDEAL-SERVICES-PLUS enr... |
La maternelle Jules Ferry d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DIANE REDESSANNAISE
| apestouendaunis
| lepapierdanstoussesetats